Val d’Oise : adolescente retrouvée morte noyée, deux autres adolescents arrêtés

Un juge français a inculpé jeudi deux adolescents de 15 ans pour le meurtre d’une fille de leur école dont le corps battu a été retrouvé jeté dans la Seine dans un crime qui a choqué le pays. La jeune fille de 14 ans, identifiée seulement comme Alisha, avait été victime de harcèlement en ligne lors d’une dispute avec le duo, un garçon et une fille, dont les photos avaient été diffusées sur les médias sociaux.

Le juge a inculpé les deux accusés de meurtre aux premières heures de jeudi, et un autre juge décidera s’ils doivent rester en détention en attendant le procès. Les deux jeunes, identifiées comme T. et J., en tant que mineurs, risquent jusqu’à 20 ans de prison si ils sont condamnées pour le meurtre commis à Argenteuil, dans la banlieue nord de Paris.

Un choc en France

L’affaire a provoqué un immense choc en France, alors que le gouvernement cherche à faire face à l’augmentation de la criminalité imputée aux bandes de jeunes, qui a provoqué de violents affrontements, en particulier dans la région parisienne.

Le procureur régional Eric Corbaux, donnant une description glaçante des événements, a déclaré aux journalistes que les deux suspects ont rencontré la victime lundi soir.

« Après avoir discuté quelques minutes, le jeune homme qui, caché, semble s’être approché de la victime, l’a frappée par surprise, lui a tiré les cheveux. Il semble ensuite l’avoir frappée, alors qu’elle était au sol, dans le dos et à la tête », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que l’enquête initiale indiquait qu’Alisha avait été battue par le garçon, puis jetée dans la Seine alors qu’elle était encore vivante, avec l’aide de la fille. Elle s’est ensuite noyée dans l’eau.

Il a ajouté que les trois personnes semblaient être amies, mais qu’une « rivalité » s’est développée et a mis les deux jeunes filles en désaccord l’une avec l’autre. Le garçon avait d’abord entretenu une relation avec Alisha, puis avec l’autre fille.

Le téléphone d’Alisha a été piraté et des photos d’elle en sous-vêtements ont circulé sur le service de messagerie en ligne Snapchat. L’école a confirmé mercredi que les deux jeunes détenus avaient déjà fait l’objet d’une procédure disciplinaire en raison de leur comportement envers la victime, et qu’ils avaient été convoqués devant un comité de discipline mardi.

Il y avait « des tensions entre ces trois élèves après que le téléphone de la victime a été piraté et que des photos compromettantes ont été postées par ses deux camarades », a indiqué le lycée Cognacq-Jay.

Georges Mothron, maire d’Argenteuil, a déclaré que les élèves de l’école se verront proposer un soutien psychologique pour les aider à surmonter cette tragédie. Il a exprimé sa sympathie aux familles et aux amis de la victime, et a ajouté que « l’enquête fera toute la lumière sur les circonstances de ce drame révoltant ».